Études SS17

études ss17

 » Dixième collection Études. La thématique : le voyage. Mais le voyage dans sa notion de déplacement, de mouvement, de temps qui sépare deux endroits. Un moment suspendu à apprécier, qui créer déracinement et déconnexion. S’asseoir dans un train et appuyer sa tête contre la vitre. Prendre le temps de laisser ses yeux défiler sur les rails rouillés et l’herbe sauvage qui tentent de les enlacer. Contempler les paysages, ne rater aucune seconde du passage de la ville à la périphérie, de la périphérie à la campagne, paysages en affrontement et pourtant si proches.

Études a trouvé en la Faculté des Sciences Pharmaceutiques, un de ces lieux surprenants. Lien entre l’architecture des années 1970 et du classicisme français marbré, entre le paysages bucolique de serres, étangs et nénuphars et la ferveur de la ville. Les modèles flottent d’un décor à un autre sur un morceau original de Flavien Berger inspiré de la thématique de la collection.

De ces références émerge un vocabulaire. Des mots et expressions qui les symbolisent dans leur sens et leur typographie. « Déconnexion » tracé à la craie, celle qu’utilisaient les hobos (vagabonds américains) pour marquer pendant leurs voyages les trains de marchandises. « New Geography » reprend les lettres peintes aux pochoirs sur les wagons. « Vista » inscrit à la bombe,

Chaque saison, Études collabore avec un artiste pour une série de pièces de sa collection. Une oeuvre de Jonathan Binet, artiste parisien, s’est invitée cette saison. Une figure circulaire, de la circonférence des bombes de peinture. Sur les vêtements, cette éclipse ou boucle sans fin, se matérialise en assemblage et collage. Une spécificité graphique en adéquation totale avec la notion de « Grand Tour » défendue cette saison. Le tour comme geste de l’artiste sur cette toile, laissant une marque indélébile. Le tour comme le voyage qui marque l’homme à jamais.

Pour cette collection, Études a inauguré une nouvelle manière de travailler. La quasi totalité des pièces présentées aujourd’hui sur ce défilé ont été développées en collaboration avec l’atelier parisien Lazar Cuckovic Couture. Études est fier de collaborer avec un atelier français au savoir-faire remarquable.

Les tissus naturels de cette collection ont été choisis pour leurs teintes originales. Pas de teinture supplémentaire ou d’amples décorations pour profiter au maximum des matières brutes aux aspects vieillis. Coton, indigo, toile denim, lin, laine, des tissus simples et terre-à-terre sur lesquels sont apposés des détails de vêtements outdoor, sangles ou clips en plastique. Pantalons et vestes restent amples pour faciliter le mouvement des corps tout en demeurant ancrée dans l’élégance désinvolte Études. Un jacquard illustre la rouille, une cape de pluie en duvet les nuits dans une tente. Le vêtement est marqueur du temps par son usure naturelle. Une poche de veste en jean décousue laisse une empreinte éclaircie, des patchwork de couleur rappellent les champs vus du ciel, les Tie-dye illustrent la durée, les marques pourraient avoir été causé par les rayons du soleil.  »

etudes ss17

etudes-ss17-2

etudes-studio-ss17-1

13497711_1073359156073874_2825036168091607131_o

13528627_1073358322740624_6151765861765916125_o

13558904_1073358159407307_4234353500911232253_o

13522919_1073357699407353_7087227591012239007_o

13482992_1073357332740723_4821365922181516373_o

© Crédit photos : Cedric @ Le French Boy // © Etudes 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *